AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Planque et confessions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
evan's

avatar

Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Planque et confessions   Dim 19 Juin - 17:19

Fandom : Original
Pairing : Marcus Kirzen et Harry Prenings
Résumé : je pense que tout est dans le titre
Note : Ça parle un peu de Slash, mais c'est plus du Friendship. C'est pas du tout ce que je voulais faire, mais j'ai eu une illumination donc voilà. Ce texte a un rapport avec une multi que j'ai en tête c'est pas encore bien clair dans ma caboche et encore moins sur papier.
Bon, on s'en fiche, voici le challenge et désolé pour le titre.

Genre : Fluff-humour-romance
Mots : éléphant-plan-carton-recul-unité
Lieu : cimetière
Phrase : "T'es con de naissance ou tu le fais exprès ?"

Planque et confessions

"Je m'ennuie," soupira le lieutenant Harry Prenings pour la centième fois de la soirée.
"Je vais le tuer," souffla son collègue et ami, le lieutenant Marcus Kirzen.
Harry pouvait être le roi des emmerdeurs quand il s'en donner la peine et là, il s'en donner à cœur joie. Limite, il s'éclatait comme un fou.
"Je m'en..."
"Prenings, tu arrêtes ça," le prévint Marcus, "sinon, je te descends !"
Son ami lui sourit : "Que tu es terrifiant. Autant que notre planque."
Kirzen se frappa la tête contre le volant de sa voiture et ferma les yeux très très fort.
Trois heures qu'ils étaient enfermés dans cet espace très restreint, pour surveiller les alentours de ce cimetière lugubre et pas des plus vivant. Trois heures qu'il était coincé avec Harry et il y avait de quoi devenir complètement cinglé.
D'un coup, Marcus se mit à sourire. À 300 mètres sur la gauche, il avait repéré un bon gros trou, donc s'il décidait de mettre sa menace à exécution, il pourrait jeter le cadavre de son ami au fond et ensuite, bien reboucher et surtout, ne laisser aucun indices.
Adieu blagues douteuses et conneries en tout genre. Bonjour tranquillité et calme.
Enfin, la femme et le gamin de Harry ne méritaient pas ça. Qui s'occuperait d'eux après ? Non, mauvaise idée, mais tellement tentante.
"Détends toi Marcus," lui conseilla son ami. "On risque de rester là encore un long moment. Et si ça se trouve, Van Haren ne viendra même pas."
Marcus expira longuement, se frotta les yeux et attrapa la radio.
"Unité des bonnes poires à Paquien."
Un grésillement, puis la voix, ou plutôt le rire de Paquien s'éleva : "Bonnes poires ?" interrogea-t-il.
"Bin oui, car à chaque fois qu'il y a un plan foireux, c'est Harry et moi qui nous y collions. Comme fouiller des poubelles, des chiottes, faire des planques dans des endroits particulièrement morbide," énuméra Marcus, limite remonté.
Paquien rigola : "C'est la vie Derrick. Vous avez quelques choses ?"
Kirzen tiqua au surnom, c'était pas sa faute s'il était allemand. Il secoua la tête et répondit : "Rien, le néant. Et vous ?"
"Idem."
La transmission s'arrêta aussitôt. Chaque groupe observant les environs.
Marcus jeta plus que posa la radio sur son collègue qui commença à jouer avec.
"T'as l'air d'avoir les nerfs ?" remarqua Harry.
Il eu droit à un grognement pour toute réponse.
"Un petit coup de mou peut être ?" tenta-t-il.
"Harry..."
"La ferme," termina son ami.
Ils se regardèrent et se mirent à rire. La journée avait été très mouvementée, ainsi que les dernières semaines. L'enquête également mettait tout le monde à bout.
Harry passa une main sur son visage, las. Il savait que Marcus n'était pas un grand comique, mais il fallait qu'il trouve un moins de le dérider, un peu.
Il eu un sourire machiavélique. Il appuya sur la radio et susurra : "Oh oui...Marcus...c'est bon..."
Son collègue sursauta et lui arracha l'objet du délit des mains.
"Putain," fit-il en s'apercevant que la radio était branchée. Ses collègues devaient surement être en train de bien se marrer.
"Prenings ! Merde !" s'écria-t-il. "T'es con de naissance ou tu le fais exprès ?"
"La connerie, je tire ça de mon père. Tu sais c'était..." commença Harry, mais le regard noir de son ami le stoppa net.
"Je m'en fou !"
"Je plaisantais."
"Je rigoles pas moi," siffla Marcus entres ses dents. "Déjà que les gars ont des doutes sur mes orientations, merci d'en rajouter."
"Ils ont aucun doutes," tenta Harry.
"Bien sur. Et c'est pour ça qu'à chaque fois que je suis dans les parages, j'ai le droit à leurs blagues homophobes très vulgaires et à quelques bonnes grosses insinuations."
Prenings s'excusa à nouveau et se calma. Sur ce coup, il y était allé un peu fort.
Ils savait que Marcus ne voulait que personne ne sache qu'il préférait les hommes, lui l'avait déjà su pas erreur. Il avait surpris son ami avec un autre type du nom de Fred, dans une situation qui ne pouvait pas être interprétée autrement. Et Fred n'était vraiment pas désagréable.
Il souffla et balaya l'habitacle du regard, histoire de passer le temps. Harry fit une grimace quand ses yeux se posèrent sur les bouteilles, cartons de pizza et paquets de chips qui trainaient sur la banquette arrière.
"J'espère que ton appart n'est pas dans le même état ?" se renseigna-t-il.
"Tu crois peut être que j'ai le temps de ranger, aspirer ou même de faire les courses. J'ai pas une gentille petite femme derrière moi, moi."
"Tu préférerai un homme surement."
Marcus se retint de lui faire bouffer le tableau de bord et jura : "ScheiBkerl !"
"Si tu veux que je comprenne, fais au moins l'effort de ne pas jurer en allemand."
"Enfoiré, ça te convient ?!"
"Oui, merci," sourit Harry avant de garder le silence, de se renfoncer dans son siège et d'attraper les jumelles.

Le silence régnait depuis une bonne vingtaine de minute avant que Marcus ne le brise.
"Fred voudrait que l'on prenne un peu de recul et que je réfléchisse à sa proposition."
"Qui est ?" interrogea Harry en le regardant.
"Que j'arrête de me comporter comme un gros con et que je sois plus doux."
Prenings assimila la confession de son ami. Frédérique "Fred" Malaval était un homme charmant, drôle, cultivé. La seule chose qui jouait contre lui, était le fait qu'il soit journaliste et un peu trop curieux, sinon c'était le parfait gendre que toute mamans voudrait avoir pour leurs filles.
"Et aussi, que je me calme et que j'arrête de foncer comme un éléphant qui aurait des souris aux fesses," reprit Marcus.
Richard gloussa, il adorait vraiment ce Fred.
"En même temps, il a pas tord," lui dit-il.
"Je sais bien," admit Marcus. "Mais Van Haren me pourrit la vie depuis deux ans et je veux sa tête. Ce type me nargue, même que..." il s'arrêta soudain, conscient qu'il allait trop en dire.
"Même que ?" demanda Harry, impatient de connaître la suite.
"Même que," reprit son collègue, "il m'a appelé pour savoir comment l'enquête avançait, si on avait des nouvelles preuves et aussi, il voulait savoir comment j'allais. Il m'a même fait envoyer un super beau bouquet de roses rouges et du chocolat. Du bon en plus."
Prenings se mordit la lèvre, c'était trop sérieux pour en rire, mais quand même. Des fleurs et du chocolat, un vrai gentleman. Van Haren avait peut être le béguin pour son pote.
"Sur le coup, ça m'a fait rire," avoua Marcus en souriant, "mais ça m'énerves maintenant. Deux ans d'enquête et ça avance à pas de mouche. Surtout que c'est loin d'être un enfant de cœur."
Ils restèrent chacun dans leurs pensées. Marcus avait raison. Van Haren était un pro, un as même.

En parlant du gentleman, Kirzen aperçut une berline noir s'avançait dans une des allées. Il vit deux hommes en sortir et ensuite se diriger vers l'un des caveaux. Apparemment, Van Haren n'était pas là, à part s'il s'était teint en noir. Ce qui n'était absolument pas envisageable, plus raciste que ce type, tu meurs.
"Richard on bouge."
Marcus avertit l'autre équipe et les deux lieutenants sortirent du véhicule armes au poing. C'est surement pas ce soir qu'il mettrait cet pourriture sous les verrous, mais ils auraient peut être une chance d'épaissir leurs dossiers et qui sais, d'en savoir plus.
En approchant du caveau, Marcus eu un mauvais pressentiment. Comme si tout n'allait pas se passer sans le moindre accro, comme si une personne aller y rester ou même plusieurs.
Et quand il s'aperçut qu'ils étaient encerclés et qu'ils étaient tombés dans un piège, il ce dit qu'il aurait dû écouter son instinct et attendre encore un peu.

La fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
na

avatar

Nombre de messages : 933
Date d'inscription : 15/02/2010

MessageSujet: Re: Planque et confessions   Lun 20 Juin - 0:22

NON MAIS CA VA PAS Question Question Question

Tu comptes quand même pas finir ton histoire comme ça ! Ah non, mais c'est trop fort, là !

Je me sentais bien, plongée dans les petites affaires de coeur de Marcus, un petit sourire à cause des petits cadeaux et vlan ! les voilà en très mauvaise posture affraid

Moi, je dis que c'est super bon coeur ... parce que j'ai adopté tout de suite le clown de service et son collègue et que j'avais vraiment trop envie d'en savoir plus !

Tu pourrais laisser une chance à Marcus de régler ses petits problèmes avec son Fred quand même !

bravo bravo bravo amûûûr! trop bien!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minotaure
Math3us3 slashy
avatar

Nombre de messages : 1190
sign : Val
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Planque et confessions   Lun 20 Juin - 17:04

Une fin comme je les aime! amûûûr!

bravo pour cet os
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
evan's

avatar

Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: Planque et confessions   Mar 21 Juin - 23:32

Merci les filles gros calin coeur flower power
Pour une suite scratch j'y réfléchis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Planque et confessions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Planque et confessions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OFF/ Forum Slash :: Challenges :: Les Challenges du Mois (2011) :: Juin + Juillet 2011-
Sauter vers: