AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'amour sur le bord de la route

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Loni
pour le plaisir
avatar

Nombre de messages : 745
ava : Ash
sign : Ash
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Lun 7 Juin - 9:38

Ca valait le coup d'attendre la suite.
Qu'est-ce que c'est émouvant !
La Ninette est une brave femme, une mamie comme on aimerait tous avoir. Jules a pu goûter à quelques jours de paix à ses côtés.
Et une fois encore le sort s'acharne ...

Pauvre petit chaton

J'ai adoré cette suite et j'espère que notre jeune héro va enfin trouver le bonheur (et vite, Steeeev t'es où ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Lun 7 Juin - 18:21

Ce pauvre Jules n'a décidément vraiment pas de chance.
J'ai eu la primeur de lire ça ce matin à 5h (oui cherchez pas, j'étais debout à 5h haaan ) sur fictionpress et j'ai adoré.
J'ai hâte de lire la suite et de voir notre héros avoir droit à un peu de bonheur, savoir comment il va finir par retrouver Steve, bref, je veux la suite !!!! S'il te plaît ? mister red
Revenir en haut Aller en bas
lecteur

avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Mar 8 Juin - 0:28

comme Lex moi aussi je veux la suite...
bravo pour cette fic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A6077Z

avatar

Nombre de messages : 1060
ava : Jo
sign : Jo
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Mar 8 Juin - 10:11

merci les filles prochain chapitre (à moins que je ne change d'avis en route ) Jules et Steve se retrouvent; Z'êtes contentes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Plume de Dragon
avatar

Nombre de messages : 532
Date d'inscription : 16/07/2009

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Mar 8 Juin - 12:59

ça oui j'suis contente, les retrouvailles......steve prend soinde notre Jules.

N'empèche, le jules il a vraiment pas de pot, les personnes qui l'approchent, meurent ou le rejettent. Il est si jeune aussi pour tant de malheur. Heureusement, tu tournes trés bien les choses pour ne pas en faire un caliméro.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://universdragoun.over-blog.com/
minotaure
Math3us3 slashy
avatar

Nombre de messages : 1190
sign : Val
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Lun 12 Juil - 12:39



On est loin de l'univers bon enfant des Bleus...

Cette fic est triste, mais aussi pleine d'espoir et d'amour, j'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A6077Z

avatar

Nombre de messages : 1060
ava : Jo
sign : Jo
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Lun 1 Nov - 23:45

ca y est voici la suite, j'espère qu'elle correspondra à vos attentes bonne lecture.
................
Pedro engagea son poids-lourd sur la départementale, il faisait un détour mais il n’avait pas pu se résoudre à le laisser au carrefour comme il lui avait demandé. De toute façon il était son propre patron et n’avait de compte à rendre qu’à lui-même. Il remplaçait au pied-levé un de ses chauffeurs, malade et au fond de lui il était content de quitter son bureau pour se retrouver derrière le volant de ce camion.
Il quitta un instant la route des yeux pour jeter un bref coup d’œil à son passager qui somnolait, la tête appuyée contre la vitre.
Les yeux clos, le visage détendu il n’avait plus rien de celui qu’il avait aperçu alors qu’il sortait du cimetière.
Il avait effectué sa dernière livraison et avant de reprendre le chemin du retour il s’était accordé une petite pause. Il s’était garé sur le parking puis était descendu pour se dégourdir les jambes et assouvir un besoin naturel. Il s’apprêtait à regagner son camion quand il l’avait vu, sortant du cimetière, ses épaules semblant porter le poids du monde. Son cœur s’était serré car ce garçon qui s’éloignait lui en rappelait un autre, un autre qu’il n’avait pas su écouter et qui était parti bien trop tôt. Il ne fallait pas qu’il le laisse seul même si celui-là n’allait peut-être pas renoncer à la vie , il devait l’aider. Il s’était approché de lui, l’avait arrêté d’une main sur son épaule. Dans ses yeux emplis de larmes il avait vu aussi la peur et cette lueur qu’il avait vu si souvent dans les yeux de son fils qui s’était suicidé de s’être cru mal-aimé. Il avait alors marché à côté de lui, lui racontant sa propre souffrance et il su qu’il avait trouvé les mots justes quand abandonnant toute résistance il avait pleuré dans ses bras.

Un coup de klaxon et un juron bien senti de la part de Pedro envers un chauffard qui venait de lui couper la route, sorti Jules de sa somnolence. Le paysage qui défilait sous la lueur des phares lui était familier et l’heure de la séparation était proche, une de plus.
Il ne savait pas pourquoi il avait fait confiance à cet homme qui l’avait abordé à sa sortie du cimetière, ni pourquoi lui qui d’habitude fuyait tout contact humain mais Ninette par sa gentillesse avait fendu la carapace. Il l’avait écouté et avait vu dans ses yeux de la douleur de la perte d’un être cher..
La mort de Ninette l’avait anéanti, il avait l’impression qu’à chaque fois qu’il touchait du bout du doigt à ce qui ressemblait à un moment de bonheur, on lui retirait aussitôt.
Pedro lui avait raconté la tragique histoire de son fils il avait su aussi l’inciter à se confier et même s’il ne s’était pas livrer totalement il avait vu en lui, l’image d’un père qu’il n’avait pas connu.
Pourtant quand il lui avait proposer de l’héberger il avait refusé. Il y avait une personne qu’il voulait revoir, un visage qui hantait ses nuits alors que celui de David se faisait plus rare.

Le camion ralentit puis s’arrêta totalement. Pedro griffonna un numéro de téléphone qu’il tendit à Jules.

« Si tu as besoin de parler, si tu as le moindre problème, appelle-moi, le jour la nuit je serais là pour toi, gamin »

Jules ne put lui répondre qu’un « merci » d’une voix étranglée par l’émotion. C’était plus un merci pour l’attention que Pedro lui avait accordé que celui de simple politesse et celui-ci le comprit ainsi.
Jules descendit du camion et après un dernier geste de la main il s’éloigna sous le regard humide de Pedro.


Jules se trompa deux fois avant de retrouver la maison de Steve, les rues du village n’étaient que faiblement éclairées et les décorations de Noël qui ornaient certaines maisons perturbaient son souvenir des lieux.
Le portail n’était pas fermé, il se dirigea d’un pas lent vers la maison. Comme la première fois la cour fut soudain inondée de lumière alors que les premiers aboiements se faisaient entendre. Il hésita longuement avant de se décider à frapper à la porte et fut décourager quand celle-ci resta close.
En espérant que Steve ne tarderait pas à rentrer il s’assit sur le perron et le dos appuyé sur le panneau de bois il commença son attente.

……………….

Steve baissa le rideau de fer de son magasin avec soulagement, Noël était dans 10 jours et liste en mains les parents affluaient pour satisfaire les désirs de leur progéniture. Il avait hâte de rentrer, il était fatigué et avait refusé la proposition de Max d’aller prendre un verre. Il fit néanmoins un détour par le supermarché afin de combler le vide de son réfrigérateur. Malgré l’heure tardive les allées étaient encombrées, Steve eu un soupir d’agacement quand un chariot vint le heurter pour la troisième fois.
Il détestait faire les courses à cette période de fêtes, encore plus cette année où il passerait Noël seul.
Ses parents avaient prévu un voyage afin de passer les fêtes à New-York et ses amis fêtaient la Nativité en famille. Il retrouverait comme chaque année pour la St Sylvestre qu’ils organisaient à tour de rôle.

Jules avait eu froid et s’était recroquevillé dans l’espoir de gagner un peu de chaleur puis vaincu par la fatigue il s’était endormi. C’est ainsi que Steve le découvrit quand il rentra enfin chez lui. Jules se réveilla d’un bond en sentant la main posée sur son épaule le secouer doucement. Le cœur de Steve rata un battement quand il reconnu son visiteur du soir. Ils restèrent là sans parler, sans faire le moindre geste avant que Steve ne se décide à ouvrir la porte.
Quand ils se retrouvèrent assis devant le repas que Steve avait préparé, ils eurent l’un et l’autre l’impression de se retrouver comme au soir de leur rencontre. Ce n’est qu’une fois installés sur le canapé, l’un en face de l’autre le dos adossé aux accoudoirs, les jambes recouvertes d’une couverture, une tasse de café brûlante dans la main qu’ils se laissèrent aller aux confidences.
Et quand Jules poussa la porte de la chambre d’ami il eu la drôle d’impression d’être enfin chez lui tandis que Steve, en regagnant la sienne, se promit de ne plus le laisser repartir.

…………

Jules caressa la chatte qui squattait son lit, allongée sur le dos elle ronronnait de bonheur. Elle miaula de protestation quand il la délaissa pour aller préparer le petit-déjeuner. Les vêtements que Steve lui avait donné étaient un peu grands mais ils faisaient l’affaire pour l’instant. Il sortit de la chambre le plus silencieusement possible, Steve était rentré à l’aube après avoir passé le réveillon du jour de l’an avec ses amis. Il n’avait pas voulu se joindre à eux et avait préféré passer sa soirée devant un film avec un plateau-repas. Il l’avait fini dans son lit à lire le livre que Steve lui avait offert pour Noël. Il avait failli en pleurer quand à la fin de leur petit réveillon sans prétention il lui avait tendu son cadeau.
Il s’était excusé de n’avoir rien à lui offrir, depuis son arrivée il n’avait pas quitté la maison, prenant à sa charge toutes les tâches ménagères. Steve s’était contenté de lui sourire et de lui déposer un baiser sur la joue en lui disant qu’à elle seule sa présence valait tout les cadeaux du monde.
Il ne savait toujours pas si celui le gardait auprès de lui par pitié, ne voyant en lui qu’un moyen de rompre sa solitude, ou s’il ne voulait de sa part qu’une simple amitié.. Pourtant parfois il croyait sentir son regard s’attarder sur lui. Il continuait à écrire sur son journal mais ses mots étaient de moins en moins sombres et il pouvait regarder la photo de David sans pleurer. Il avait nourri la chatte et il finissait de préparer la table quand la porte de la chambre de Steve s’ouvrit sur celui-ci. Il s’étira en baillant, le mouvement fit d’écarter les pans de son haut de pyjama qu’il n’avait pas boutonné, offrant aux yeux de Jules, son torse musclé par le sport. Celui-ci du faire un effort sur lui-même afin de ne pas glisser sa main sous le tissu pour le faire disparaître. C’était la première fois qu’il le voyait dans cette tenue, Steve étant toujours levé et habillé avant lui pour s’occuper de la chienne et ses petits. Il reporta son regard sur la fenêtre qui donnait sur la cour, la neige qui était tombé le lendemain de Noël avait commencé à fondre par endroit et le sol était détrempé.

Steve avait fini de déjeuner et était parti s’habiller, il refit son apparition alors que Jules commençait à faire la vaisselle.

« je vais donner à manger à Lizzie, tu viens voir les chiots ? »

« je finis la vaisselle et je te rejoins. »

Il le regarda s’éloigner en direction de la remise. C’était la première fois depuis son arrivée qu’il allait voir les petits. Jusqu’à présent la chienne grognait avant même qu’il ouvre la porte de la remise, elle n’acceptait que Steve à ses côtés. Alors celui-ci avait eu une idée, il lui avait donné un morceau de tissu qu’il avait du porter à même la peau jusqu’à ce qu’ il soit imprégné de son odeur. Steve l’avait présenté régulièrement à la chienne qui l’avait à chaque fois enlevé de son panier jusqu’à la veille au matin.
Il se dépêcha de finir sa tâche, mis ses chaussures et son blouson et sortit rejoindre Steve.


Steve se pencha pour prendre le chiot qui lui tirait son bas de pantalon avec ses petites dents pointues. Il l’éleva à hauteur de son visage et la petite femelle en profita pour lui lécher le menton. Il la cala sur son torse pour pouvoir la caresser et se retourna en entendant la porte s’ouvrir sur Jules.
La tendresse avec lequel Steve câlinait la boule de poils rappela douloureusement à Jules combien lui-même en avait manqué.

« tu veux la caresser ? »

Il hésita une seconde avant d’accepter la proposition de son hôte, il s’approcha et sa main effleura le doux pelage avant d’entamer une caresse plus franche.
A chaque aller-retour ses doigts effleuraient ceux qui maintenaient l’animal, involontairement au départ puis il fut conscient que Steve recherchait aussi le contact.
L’atmosphère avait changé, les regards ne se quittaient plus et leurs yeux reflétaient l’attirance qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre.
Elya émit un jappement de protestation quand son maître la reposa sur le sol. De sa démarche encore pataude elle rejoignit sa mère ainsi que ses frères et sœurs dans leur panier d’osier.

Steve attendit que Jules referme la porte de la remise pour lui prendre la main. Ils prirent sur eux-même afin de ne pas courir jusqu’à la maison.
Ils ne se séparèrent que le temps d’enlever leurs chaussures boueuses et leur blouson. Le canapé était le plus proche, pourquoi aller plus loin ! Ils s’y laissèrent tomber, enlacés et échangèrent leur premier baiser. Ils étaient empressé et fiévreux, pas le temps pour la douceur, ce serait pour plus tard. Tout ce qui faisait obstacle se retrouva sur le sol. Ils frissonnèrent quand leurs peaux nues entrèrent en contact. Steve dont les mains avaient l’habitude des caresses en fit profiter son amant qui en gémit de plaisir. Les paumes effleuraient, caressaient la peau brûlante, le torse, les flancs, les cuisses mais évitaient toujours le sexe tendu de Jules. Il voulut protester contre cette injustice mais il avait à peine ouvert la bouche que celle de Steve s’empara de sa virilité. Des sensations qu’il avait cru oublié s’emparèrent de lui. Alors qu’il était proche de la jouissance son amant le délaissa et remonta pour s’emparer de ses lèvres. Tout en l’embrassant Steve lui pris la main et la posa sur son sexe tandis qu’il faisait de même avec le sien. Quand leur semence se répandit sur leur ventre, Steve enfouit son visage dans le cou de Jules et embrassa tendrement sa clavicule avant qu’ils se laissent emporter par le sommeil.


A suivre

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
na

avatar

Nombre de messages : 933
Date d'inscription : 15/02/2010

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Mar 2 Nov - 12:45

yesssss! Jules est revenu chez Steve !
Le passage avec Pedro était touchant. Brave homme gros calin
Ensuite tu as décrit une belle atmosphère avec la neige, les lendemains de réveillon rendeer , j'avais l'impression d'y être.
Il ressort une sensation d'apaisement pour les deux personnages, et surtout Jules bien entendu. Il est enfin à sa place et Steve est tellement gentil et tendre avec lui, c'est un amour. coeur coeur
Et le dannyflackkiss (et plus^^) sur le canapé amûûûr! amûûûr!

Juste une chose, après cette attente : c'est troooop court !! coeur Vivement la suite bravo bravo bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A6077Z

avatar

Nombre de messages : 1060
ava : Jo
sign : Jo
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Mer 3 Nov - 11:44

merci Na gros calin , contente que cela t'ait plu et promis juré je n'attendrai pas aussi longtemps pour mettre la suite. fufufu

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Val



Nombre de messages : 3179
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   Mer 3 Nov - 13:01

J'ai un retard monstre affraid Je mets de côté, je n'oublie pas Wink

_________________
<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'amour sur le bord de la route   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'amour sur le bord de la route
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OFF/ Forum Slash :: Fictions Originales - Romans :: Romantique / Fluff / Humour-
Sauter vers: